عربية Le Festival | Le mot de la Ministre | Le Comité | Presse | Editions Précédentes | Contact  
 
Le Mot de la Commissaire
creation feminine algerie
La Broderie
festival feminin
Le Programme
Galerie Photos
Vidéos
creation algerie femme
Revue de Presse
tissage algerie
Liens
tissage algerie
Nos Partenaires
tissage algerie
< Retour à l'accueil

Le Maghreb
2e Festival national de la création féminine - Clôture aujourd'hui
30 Mai 2011
Aujourd'hui, est la dernière journée du festival qui a débuté le 25 Mai, et qui a connu  un programme très riche. Le  Palais des raïs, Bastion 23 était tout au long de ce festival animé par des expositions de broderies, des spectacles musicaux, des ateliers d'initiation, des conférencs-débats et des défilés de mode.Cette deuxième édition du Festival national de la création féminine se clôturera avec un somptueux défilé, signé par des créatrices algériennes dont, entre autres, Mabrouka Saouli, Wardia Sokri, Halima Boursas, Mouni Benrabah, Gouadfel, Antri Bouzar aux côtés de créatrices italiennes, turques et burkinabées avec Raziye Onar et Sevim Yildiz. Il est à noter que deux concours seront lancés, l'un en direction de la presse et le second en direction des participantes.
La Télévision Algérienne
Ouverture de la 2ème édition du festival national de la création féminine
LE 29 Mai 2011
FESTIVAL NATIONAL DE LA CREATION FEMININE
Le deuxième festival national de la création féminine a ouvert ses portes, mercredi au Bastion 23 à Alger.
La cérémonie d'ouverture du festival qui durera jusqu'au 31 mai s'est déroulée en présence de l'ambassadeur de la RASD à Alger, M.Ibrahim Ghali et d'épouses d'ambassadeurs accrédités à Alger.
Un concert de musique a été animé, à cette occasion, par les étudiantes de l'Institut supérieur de musique.
Cette édition verra la participation de 31 femmes venues de différents wilayas du pays ainsi que deux italiennes, deux turques et une burkinabée.

Outre les expositions d’oeuvres féminines, le festival offre une activité musicale riche, un défilé, des ateliers d'apprentissage de broderie et des conférences.

Intervenant à cette occasion, la ministre de la culture, Mme Khalida Toumi a affirmé que "ce festival met en valeur les créations de la femme algérienne et des spécialités longtemps cachées".
El Watan
Festival national de la création féminine à Alger - La broderie à l’état pur
Auteur : Nacima Chabani / 28 Mai 2011
FESTIVAL NATIONAL DE LA CREATION FEMININE
C’est parce que la broderie algérienne existe depuis des millénaires qu’elle sera exhumée au parfum du jour en l’espace de sept jours, pour tenter de percer certains pans de ses secrets.

Cette deuxième édition du Festival national de la création féminine qui se tient du 18 au 31 de ce mois au somptueux Palais des Raïs, à Alger, est une aubaine pour les nombreux intéressés de découvrir les arcanes de la célèbre broderie algérienne. Lors de la première édition, un intérêt particulier avait été accordé au tissage. Un tissage magnifié qui avait alors révélé l’apport esthétique des broderies sur toute pièce de tissu. De là, justement, s’est établi le lien  avec la présente édition, centrée exclusivement sur la broderie. La commissaire du festival, Mme Hamida Agsous, a souligné, lors de la conférence de presse quatre jours avant l’inauguration, que «la broderie est un art féminin, répondant à un besoin esthétique».

Poussant plus loin son argumentaire, elle a estimé «que la broderie est un art de vivre qui contribue à la promotion des cultures des pays du bassin de la Méditerranée.» «L’objectif de la tenue d’un festival, dira-t-elle, est justement de promouvoir des créations des artisanes algériennes en vue de favoriser leur insertion dans la production culturelle du pays». Cette manifestation pourrait prendre une dimension à caractère maghrébin ou international, lors des prochaines éditions, dans le but de faire connaître les créations de la femme algérienne en broderie qui  tend, de plus en plus, à concilier authenticité et modernité». Le coup d’envoi de cette manifestation, organisé sous le thème : «Broderie, la fil’ harmonie», a été donné mercredi dernier par la ministre de la Culture, en présence d’une assistance féminine nombreuse. Il a été procédé à l’inauguration de différentes expositions baptisées : «Voir et s’émerveiller» suivies d’un concert animé par les étudiantes de l’Institut national supérieur de musique (INSM) et de l’Institut régional de formation musicale (IRFM) d’Alger.

Ouvert au public de 10h à18h, ce festival offre un programme d’activités des plus riches. Une affluence considérable du public a été enregistrée durant ce week-end. Les trois expositions qui se tiennent au  Palais 18 et 23 ont suscité intérêt et curiosité. La première exposition lève le voile sur les merveilles de la broderie à travers les œuvres de trente et une brodeuses algériennes, venues des quatre coins de l’Algérie, représentatives des principaux styles et genres d’une tradition séculaire. La deuxième exposition est une incursion furtive dans la découverte des créations méditerranéenne et africaine avec en prime la participation de brodeuses italiennes, burkinabés et turques. La troisième exposition porte sur la créativité contemporaine et l’héritage patrimonial dans le design. Tout autour de ces expositions viennent se greffer d’autres activités permanentes ou exceptionnelles.

La musique occupera une place de choix. Après le concert donné jeudi par l’artiste Rym Hakiki, un autre rendez-vous musical est à retenir, demain à partir de 17h, avec une qâada traditionnelle, animée par la chanteuse Hassiba Abderraouf et les comédiennes Aïda Guechoud et Bahia Rachedi. Une sexagénaire  nous confie que ce genre d’événements fait ressurgir des souvenirs lointains irrévocables. «Le décor me fait plonger dans un passé révolu à jamais. Etant moi-même une ancienne brodeuse, cette petite virée m’a apportée beaucoup de bien. J’ai découvert de nouvelles techniques qui se font ailleurs. La broderie algérienne est riche en motifs et en points», témoigne-t-elle. Le point fort de ce festival est, incontestablement, la tenue de conférences et rencontres centrées sur le patrimoine et la pratique de la broderie en Algérie.

La maîtresse brodeuse Mina  Kadri Chekchak présentera aujourd’hui, à 15h, une conférence sur «l’art du mejboud : broderie d’or et de lumière». Spécialiste du medjboud depuis trente-deux ans, cette artiste est convaincue que le medjboud fait partie des styles de broderie les plus exigeants par la technicité et la minutie qu’ils impliquent. Installée à Baraki, Mina Kadri a formé plus de 300 jeunes filles à son art. Elle s’inspire de la broderie traditionnelle pour créer ses propres motifs et modèles de vêtements qu’elle produit à raison de deux ou trois  pièces par an. Un workshop intitulé : «Comment accompagner les développements de cet art» est également programmé aujourd’hui à 16h, avec la participation des brodeuses, des importateurs de matières premières, des industriels du textile et des représentants  de la Chambre des métiers d’Alger. 

Tout au long de ce festival, d’autres conférences seront étayées sur thème : «Le costume masculin à Alger à l’époque ottomane» par Cherifa Hanafi,  «Les broderies algériennes à l’époque ottomane» par Cherifa Tayenne et «Le chaos et la souris, de la broderie au design» par Hania Zazoua. Ce festival se clôturera en apothéose au Palais de la Culture avec un défilé de mode  qui regroupera une palette de dix stylistes et artisanes algériennes et étrangères. Ces dernières présenteront une partie de leurs nouvelles collections où à coup sûr, la broderie brillera de tous ses éclats.
L'Expression
BASTION 23 - 2e édition du Festival national de la création féminine
28 Mai 2011
Le 2e Festival national de la création féminine a ouvert ses portes mercredi au Bastion 23 à Alger. La cérémonie d’ouverture du festival qui durera jusqu’au 31 mai s’est déroulée en présence de l’ambassadeur de la Rasd à Alger, M.Ibrahim Ghali et d’épouses d’ambassadeurs accrédités à Alger. Un concert de musique a été animé, à cette occasion, par les étudiantes de l’Institut supérieur de musique.

Cette édition verra la participation de 31 femmes venues de différentes wilayas du pays ainsi que deux Italiennes, deux Turques et une Burkinabée. Outre les expositions d’oeuvres féminines, le festival offre une activité musicale riche, un défilé, des ateliers d’apprentissage de broderie et des conférences. Intervenant à cette occasion, la ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi a affirmé que «ce festival met en valeur les créations de la femme algérienne et des spécialités longtemps cachées».
Le Midi Libre
Ouverture de la 2ème édition - Festival national de la création féminine au Bastion 23
28 Mai 2011
Le deuxième festival national de la création féminine a ouvert ses portes, mercredi au Bastion 23 à Alger. La cérémonie d'ouverture du festival qui durera jusqu'au 31 mai s'est déroulée en présence de l'ambassadeur de la RASD à Alger, M.Ibrahim Ghali et d'épouses d'ambassadeurs accrédités à Alger. Un concert de musique a été animé, à cette occasion, par les étudiantes de l'Institut supérieur de musique. Cette édition verra la participation de 31 femmes venues de différents wilayas du pays ainsi que deux italiennes, deux turques et une burkinabée. Outre les expositions d'úuvres féminines, le festival offre une activité musicale riche, un défilé, des ateliers d'apprentissage de broderie et des conférences. Intervenant à cette occasion, la ministre de la culture, Mme Khalida Toumi a affirmé que "ce festival met en valeur les créations de la femme algérienne et des spécialités longtemps cachées".

Le deuxième festival national de la création féminine a ouvert ses portes, mercredi au Bastion 23 à Alger. La cérémonie d'ouverture du festival qui durera jusqu'au 31 mai s'est déroulée en présence de l'ambassadeur de la RASD à Alger, M.Ibrahim Ghali et d'épouses d'ambassadeurs accrédités à Alger. Un concert de musique a été animé, à cette occasion, par les étudiantes de l'Institut supérieur de musique. Cette édition verra la participation de 31 femmes venues de différents wilayas du pays ainsi que deux italiennes, deux turques et une burkinabée.

Outre les expositions d'oeuvres féminines, le festival offre une activité musicale riche, un défilé, des ateliers d'apprentissage de broderie et des conférences. Intervenant à cette occasion, la ministre de la culture, Mme Khalida Toumi a affirmé que "ce festival met en valeur les créations de la femme algérienne et des spécialités longtemps cachées".
Liberté
COUP D’ENVOI DU FESTIVAL NATIONAL DE LA CRÉATION FÉMININE - “Au bonheur des dames”
Auteur : Hana Menasria / 28 Mai 2011
Du 25 au 31 mai, le Bastion 23 abrite 25 exposantes venues des quatre coins du pays pour présenter des broderies au fil d’or et au fil d’argent, dans le cadre du deuxième festival de la création féminine.

Pour la promotion de la culture et de l’art féminin, le coup d’envoi de la deuxième édition du Festival national de la création féminine a eu lieu mercredi dernier au Bastion 23 à Alger et s’étendra jusqu’au 31 du mois courant. Le thème de cette nouvelle édition s’intitule, “Broderie, la fil ‘harmonie”. Ce rendez-vous à cent pour cent féminin a été inauguré le 25 mai dernier, par la ministre de la Culture, Khalida Toumi, qui a estimé que “ce festival met en valeur les créations de la femme algérienne et des spécialités longtemps cachées. Les trois palais du Bastion 23 est le hôte de vingt-cinq artisanes venues de toutes les wilayas du pays, notamment Annaba, Alger, Blida, Médéa, Ghardaïa, Ouargla, Constantine…, et ce, pour présenter leurs œuvres. Sous le signe du partage et de l’échange culturel entre l’Algérie et les autres pays, deux exposantes : italienne et turque et une artisane burkinabé exposent dans les halls du palais avec leurs consœurs algériennes. Le public, constitué en majorité de femmes, a pu découvrir les vêtements traditionnels sous toutes leurs formes et couleurs. On peut découvrir la broderie dans plusieurs variantes ; la broderie au fil d’or dans les centres urbains comme Alger, Annaba, Constantine et Tlemcen. Le fil est utilisé pour le medjboud et la fetla. On découvre également la broderie au fil métallique utilisée à l’est du pays, ou encore la broderie d’Alger qui est réalisée avec du fil de soie puisée de l’époque ottomane, de Nabeul en Tunisie, ainsi que des broderies fines à double face inspirée de la confection chinoise. Les artisanes venues des quatre coins du pays, ont permis aux amatrices de couture et aux futures mariées, de connaître le riche patrimoine dont regorge l’habillement traditionnel. En allant vers l’Est, dans la ville de Annaba, la broderie se rattache à des influences syrienne et marocaine. D’autres spécificités de la tradition résident dans des œuvres comportant des éléments figuratifs et la signature calligraphiée et datée de l’auteur. Quant aux traditions kabyles, la broderie est plus souvent utilisée dans les foulards ornés de motifs au fil de soie. Hafsa Nacer, couturière broderie-modéliste-styliste, spécialiste en mesloul et chbika nous a déclaré : “Je suis dans la couture depuis 53 ans, j’y baigne depuis que je suis jeune. Je réalise toutes sortes de vêtements. Le traditionnel et le moderne pour les femmes et traditionnel pour les hommes. Toutes mes confections sont à produites à la main. Ce sont mes propres modèles.” La région de Blida est représentée par Tchambaz Hassiba qui nous a soulignés que “c’est de la broderie typique de Blida. J’ai hérité plusieurs pointes de mon père. C’est une sorte d’héritage et je m’inspire aussi du patrimoine algérien”.

Ce festival offrira durant cette semaine un voyage initiatique à travers les œuvres traditionnelles qui ont traversé des générations et plusieurs pages d’histoires et qui enchantent jusqu’à aujourd’hui. Par ailleurs, tout au long de cette manifestation qui ouvre ses portes à partir de 10h, il sera proposé au public des soirées musicales, des ateliers de confection et des conférences. Le dernier jour sera la journée du shopping, les confections seront mises en ventes par les exposantes, et une tombola sera organisée.
El moujahid
2e édition du Festival de la création féminine : L’art séculaire de la broderie
Auteur : Lynda Graba / 27 Mai 2011
L’art de la broderie sur fil de soie ou d’or est, depuis des temps immémoriaux, une authentique tradition chez les femmes algériennes, gardiennes et créatrices d’un patrimoine dans lequel elles se sont distinguées avec l’habileté de leurs doigts joignant au geste séculaire un talent et une technique avérés dans toutes les régions du pays.

Le Festival de la création féminine institutionnalisé par le ministère de la Culture depuis deux ans, vient cette fois promouvoir la création des brodeuses qualifiées, trop souvent tombées dans l’oubli et guère valorisées sur le plan commercial, alors que des femmes recluses entre quatre murs continuent aujourd’hui encore de perpétuer la transmission de ce savoir qui fait désormais partie du patrimoine algérien.

Ce sont les deux idées force qu’a défendues Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture lors de l’ouverture mercredi dernier au palais des Rais du deuxième Festival de la création féminine après la célébration l’an dernier de l’un des arts premiers pratiqués par les femmes algériennes depuis la plus haute antiquité, à savoir, le tissage.

Cette année, les organisateurs, dont on citera la commissaire générale Mme Hamida Agsous avec un travail louable, ont voulu dans une logique de continuité mettre en exergue l’art de l’embellissement et l’ornement des vêtements «Il s’agit de deux arts qui s’expriment sur des supports de laine, de coton, de soie ou de matière végétale. Ils utilisent tous deux des éléments décoratifs en relation avec la nature, la faune, la flore, les symboles géométriques aux significations multiples », a souligné Mme Agsous lors de son allocution d’ouverture en présence d’un nombre impressionnant de femmes bien parées pour la circonstance et dont faisaient partie les femmes des corps accrédités en Algérie.

Toujours dans le même ordre d’idées, elle ajoutera: «Dans notre pays comme à travers le monde, la broderie s’enrichit sans cesse d’apports nouveaux et d’aspirations diverses que les femmes traduisent au fil et à l’aiguille sur des étoffes, des toiles, de la soie, du velours ou même du cuir et qu’elles embellissent avec des perles ou des paillettes. Le fil d’or ou d’argent illumine les vêtements de cérémonie des mariées.»

Trois musées algériens possèdent des collections dont les traces et réalisations sont attestées dès les XIIIème et XIVème siècles. Pour cette édition, le festival accueille 25 brodeuses venues de plusieurs wilayas avec également 5 artistes représentées par deux créatrices siciliennes venues d’Italie, deux stylistes brodeuses venues d’Istanbul en Turquie ainsi qu’une spécialiste de la teinture et de la broderie du Burkina Faso. De cette façon, le festival, avec tous les moyens qu’il a mis à la disposition du public, montrera les similitudes et les apports mutuels du continent africain et européen.

Au programme de cette manifestation, un certain nombre d’activités dont la principale préoccupation pour les organisateurs est de mettre en avant l’aspect formation par la création d’un atelier d’initiation à la broderie ouvert toute les journées. Le volet le plus important de ce festival étant bien entendu les merveilleuses expositions des 31 artistes, puisqu’il faut ajouter à la liste des brodeuses, des femmes designers qui feront le pont entre l’héritage patrimonial et la créativité contemporaine, à savoir le design.

Les visiteurs pourront au cours de leurs balades dans le bel édifice du Bastion 23 qui surplombe la mer, apprécier une animation musicale menée par des jeunes filles de l’Institut national supérieur de musique dans les trois patios. Un premier cycle de deux conférences suivies de débats et de workshop visant à accompagner le développement de cet art, seront animées pour les journées des samedi et dimanche par Mme Kadri-Chekchak sur « l’Art du Medjdoub » et Mme Zazoua artiste désigner sur « Le chat et la souris ». Dans la soirée du dimanche, il est prévu un après-midi féminin très convivial « La Qaâda » avec la chanteuse Hassiba Abderaouf et les comédiennes Aida Guechoud et Bahia Rachedi qui liront des textes de bouqalates. Un autre cycle de deux conférences animées par Aicha Hanafi et Chérifa Tayenne, toutes deux maîtres de conférence à l’institut d’archéologie, Université II d’Alger, abordera pour l’une « Le costume masculin à l’époque ottomane » et l’autre « Les broderies algériennes à l’époque ottomane ». A noter que la cérémonie de clôture prévue le 31 mai prochain, prévoit un défilé de mode au Palais de la culture intitulé « La fil’harmonie ». La veille, les produits des créatrices seront mis en vente .
Rédaction Radionet
Inauguration de la deuxième édition du festival national de la création féminine au bastion 23
26 Mai 2011 / 10:54
Broderie, la fil’ harmonie» c’est la thématique de la 2eme édition  du festival national de la création féminine , la première étant consacrée  au tissage,l’occasion de rendre hommage " à ces milliers de personnes , de femmes anonymes  qui ont fait un merveilleux travail  de transmission de générations en générations " pour préserver  ce grand trésor   qu’a  su abriter le palais des Rais a Alger.
APS
Culture-femme-création-festival - 2e festival national de la création féminine au Bastion 23
Jeudi 26 mai 2011 09 : 15
ALGER - Le deuxième festival national de la création féminine a ouvert ses portes, mercredi au Bastion 23 à Alger. La cérémonie d’ouverture du festival qui durera jusqu’au 31 mai s’est déroulée en présence de l’ambassadeur de la RASD à Alger, Ibrahim Ghali et d’épouses d’ambassadeurs accrédités à Alger.
Info Soir
Festival de la création féminine - De fil en aiguille
Auteur : Yacine Idjer / 26 Mai 2011
Le Festival national de la création féminine témoigne incontestablement du génie créatif de la femme, de son potentiel imaginatif et de son savoir-faire artistique.Le coup d’envoi de la 2e édition du Festival national de la création féminine a été donné, hier, au palais des Raïs (Bastion 23), en présence de la ministre de la Culture.Cette présente édition à laquelle prend part une trentaine d’artisanes venues de plusieurs wilayas et à laquelle s’ajoute la participation de trois pays invités, à savoir le Burkina Faso, la Turquie, l’Italie, est initiée sous le thème de «Broderie, la fil’hmonie». Pendant une semaine, le Bastion 23 est ouvert au public de 10h à 18h, y compris le week-end et ce, jusqu’au 31 mai, date de la clôture du festival .

La cérémonie d’ouverture a été marquée par un concert animé par les étudiantes de l’Institut national supérieur de musique et de l’Institut régional de formation musicale d’Alger. Le programme de cette manifestation comprend trois expositions : la première portant sur les merveilles de la broderie à travers les œuvres de 25 brodeuses algériennes ; la seconde montre tout le savoir-faire de la Méditerranée et de l’Afrique dans l’art de la broderie avec la participation de brodeuses italiennes, burkinaises et turques ; la troisième, enfin, porte sur la créativité contemporaine et l’héritage patrimonial dans le design. Ce Festival se veut également l’occasion d’envisager des voies de création nouvelles, stimulantes, à la fois originales et authentiqes.

Le programme prévoit aussi un atelier d’initiation à la broderie. «Cet atelier est ouvert à tous, sans distinction d’âge, de sexe ou d’activité», précisent les organisateurs. Notons que ce soir sera marqué par un concert exceptionnel, de Rim Hakiki, dès 18h, à la terrasse Rouge du palais des Raïs. Outre ces activités, les organisateurs ont prévu des conférences-débats autour de l’art de la broderie, un workshop sur le thème «Comment accompagner le développement de cet art (la broderie) ?», et une qaâda, une rencontre consacrée aux femmes qui se tiendra à la terrasse Rouge du palais des Raïs. La chanteuse Hassiba Aberraouf, ainsi que les comédiennes Aïda Kechoud et Bahia Rachedi se chargeront d’animer. Enfin la clôture du Festival, sera marquée, outre par le tirage au sort de la tombola du festival (numéros de billets d’entrée), par la remise des trophées aux trois lauréates de l’exposition.

Le Festival national de la création féminine se présente comme une occasion pour mettre en valeur les créations de la femme algérienne et des spécialités longtemps cachées et transmises de génération en génération. S’exprimant sur le Festival qui a été institué en vertu d’une décision, en février 2009, émanant du ministère de la Culture, la commissaire, Hamida Agsous, dira : «Cette manifestation s’inscrit d’emblée dans la continuité.»«Après le tissage, l’un des arts ‘’premiers » pratiqués par les femmes dans notre pays et que nous avions choisi pour thème de la première édition, nous avons décidé dans une logique de continuité de passer, cette année, à l’embellissement et l’ornement des vêtements et du cadre de vie intérieure, par le biais de la broderie», explique-t-elle, et de poursuivre : «Cette continuité était déjà esquissée lors de la première édition à travers le défilé de mode dans lequel la broderie tenait déjà une large part.» Notons que la broderie est pratiquée en Algérie, aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural, «avec cependant des différences relatives aux techniques, matières et points utilisés, mais également aux motifs et symboles décoratifs», précise Hamida Agsous. Ainsi, «la présente édition du Festival de la création féminine ne pouvait se concevoir, selon la commissaire, sans rendre un vibrant hommage à ces milliers de femmes anonymes, qui, à travers les siècles et un patient travail de transmission intergénérations, ont préservé un patrimoine inestimable où les gestes, l’atmosphère, les rituels et leurs lexiques comptent autant que le résultat final, aussi magnifique soit-il». Le Festival national de la création féminine témoigne incontestablement du génie créatif de la femme, de son potentiel imaginatif et de son savoir-faire artistique.
HORIZONS
Bastion 24 : Le festival national des créations de la femme débute demain
Auteur : APS / 24 Mai 2011
La 2e édition du festival national des créations de la femme sera organisée du 25 au 31 mai au Bastion 23 (Alger), a annoncé dimanche dernier la commissaire du festival. Organisé sous le thème "La broderie, des fils en harmonie", le festival verra la participation de 31 artisanes de plusieurs wilayas du pays outre deux participations étrangères d'Italie, deux autres de Turquie et une du Burkina Faso.

Des expositions sur la créativité féminine, des animations musicales, un défilé de mode et des ateliers consacrés à l'apprentissage de la broderie, figurent au programme de cette manifestation. Des communications sur "l'habit traditionnel destiné à l'homme", "la broderie durant l'ère ottomane", "El fetla" (broderie en fil doré) et "la broderie et le nouvel art", sont également prévues. La commissaire du festival Mme Hamida Aksous a précisé que la broderie est un art féminin, car elle répond à un besoin d'esthétique. Elle est également considérée, a-t-elle ajouté, comme un art de vivre qui a contribué à la promotion des cultures des pays du Bassin méditerranéen.

L'objectif de l'organisation de ce festival est la promotion des créations des artisanes algériennes en vue de favoriser leur insertion dans la production culturelle du pays, a indiqué la responsable. Selon la responsable, cette manifestation pourrait prendre une dimension à caractère maghrébin ou international, lors des prochaines éditions, dans le but de faire connaître les créations de la femme algérienne en broderie qui tend, de plus en plus, à concilier authenticité et modernité. La 1re édition organisée du 12 au 18 mai 2010 au Bastion 23, a porté sur le métier à tisser, et à drainé plus de 20 artisanes de différentes régions du pays.
Chiffres d’affaires
LES FEMMES TIENNENT SALON
24 Mai 2011
Après avoir abordé la thématique du tissage lors de la précédente édition, ce deuxième rendez-vous de la création est placé sous le slogan «Broderie, des fils en harmonie,». La 2e édition du Festival national des créations de la femme sera organisée, du 25 au 31 mai, au Bastion 23 (Alger), a annoncé dimanche la commissaire du festival.Le festival verra la participation de 31 artisanes de plusieurs wilayas du pays, outre deux participations étrangères d'Italie, deux autres de Turquie et une du Burkina Fasso. Des expositions sur la créativité féminine, des animations musicales, un défilé de mode et des ateliers consacrés à l'apprentissage de la broderie, figurent au programme de cette manifestation.

Ainsi, durant sept jours, un programme des plus riches sera proposé aux intéressés au niveau des Palais 17 et 23. En tout, ce ne sont pas moins de 31 artisanes, dont 25 Algériennes et 6 étrangères qui participeront à cette manifestation. Des communications sur «l'habit traditionnel destiné à l'homme», «la broderie durant l'ère ottomane», «El fetla» (broderie en fil doré) et «la broderie et le nouvel art» sont également prévues. La commissaire du festival Mme Hamida Aksous a précisé que la broderie est un art féminin, car elle répond à un besoin d'esthétique. Elle est également considérée, a-t-elle ajouté, comme un art de vivre qui a contribué à la promotion des cultures des pays du Bassin méditerranéen. L'objectif de l'organisation de ce festival est la promotion des créations des artisanes algériennes en vue de favoriser leur insertion dans la production culturelle du pays, a indiqué la responsable. Selon celle-ci, cette manifestation pourrait prendre une dimension à caractère maghrébin ou international, lors des prochaines éditions, dans le but de faire connaître les créations de la femme algérienne en broderie qui tend, de plus en plus, à concilier authenticité et modernité. La 1re édition, organisée du 12 au 18 mai 2010 au Bastion 23, a porté sur le métier à tisser et à drainé plus de 20 artisanes de différentes régions du pays.

Il est à noter qu’un après-midi féminin sera au programme, le 29 à partir de 17h, avec une qaâda, animée par la chanteuse Hassiba Abderraouf et les comédiennes Aïda Guechoud et Bahia Rachedi : «Quand la broderie est là, la chanson, la poésie et les bouqalate ne sont pas loin». Cette deuxième édition du Festival national de la création féminine se clôturera avec un somptueux défilé, signé par des créatrices algériennes dont, entre autres, Mabrouka Saouli, Wardia Sokri, Halima Boursas, Mouni Benrabah, Gouadfel, Antri Bouzar aux côtés de créatrices italiennes, turques et burkinaises avec Raziye Onar et Sevim Yildiz. Il est à noter que deux concours seront lancés. L’un en direction de la presse et le second en direction des participantes.
EL WATAN
2e Festival national de la création féminine : Broderie, la fil’ harmonie
Auteur : Nacima Chabani / 23 Mai 2011
La deuxième édition du Festival national de la création  féminine se déroulera du 25 au 31 mai au Bastion 23.

Après avoir abordé la thématique du tissage lors de la précédente  édition, ce deuxième rendez-vous de la création est placé sous le slogan «Broderie, la fil’ harmonie». Au cours d'un point de presse animé hier au niveau du Bastion 23 à Alger, la commissaire de ce festival, Mme Hamida Agsous  a indiqué à l'assistance que «la présente édition du Festival national de la création féminine ne pouvait se concevoir sans rendre un hommage distingué à ces milliers de femmes anonymes qui, à travers les siècles et un patient travail de transmission intergénérations, ont préservé un patrimoine inestimable où les gestes, l'atmosphère, les rituels et leurs lexiques comptent autant que le résultat final, aussi magnifique soit-il…» La broderie en Algérie, comme sans doute dans la plupart des régions du monde où cet art a prospéré, est un témoignage du patrimoine de notre pays, de même qu'une épreuve éclatante du potentiel imaginatif et créatif des femmes et de leur savoir-faire artistique.

Ainsi, durant sept jours, un des programmes des plus riches sera proposé aux intéressés au niveau des Palais 17 et 23. En tout, ce sont pas moins de trente-et-une artisanes, dont vingt-cinq algériennes et six étrangères participeront à cette manifestation. En effet, hormis la participation en force des Algériennes, d'autres artisanes venues du pourtour de la Méditerranée, à l'image de la Turquie, de l'Italie et du Burkina Faso viendront exhiber leur savoir-faire et leur expérience. Ces brodeuses aux doigts de fées viendront, l'espace de sept jours, partager des influences communes à la fois méditerranéennes et africaines.

Le programme prévoit des expositions de broderies, des animations et des spectacles musicaux, des ateliers d'initiation, des conférencs-débats et un défilé de mode. Dans le registre des conférences, la maîtresse brodeuse, Mme Mina Kadri-Chekchak, animera le 28 mai, à partir de 15h, une conférence portant sur la thématique de l'art du medjboud : broderie d'or et de lumière. Le lendemain, à 14h30, l'artiste contemporaine et designer, Mme Hania Zazoua, présentera une conférence ayant pour thème «Le chas et la souris, de la broderie au design». Le 30 mai, une troisième conférence sera à l'honneur avec le maître de conférences à l'institut d'archéologie d'Alger, Mme Aïcha Hanafi, qui lèvera  le voile sur le costume masculin à Alger à l'époque ottomane.

Il est à noter qu'un après-midi féminin sera au programme le 29 à partir de 17h avec une qaâda, animée par la chanteuse Hassiba Abderraouf et les comédiennes Aïda Guechoud et Bahia Rachedi : «Quand la broderie est là, la chanson, la poésie et les bouqalate ne sont pas loin».


Cette deuxième édition du Festival national de la création féminine se clôturera avec un somptueux défilé, signé par des créatrices algériennes dont, entre autres, Mabrouka Saouli, Wardia Sokri, Halima Boursas, Mouni Benrabah, Gouadfel, Antri Bouzar aux côtés de créatrices italiennes, turques   et burkinabés avec Raziye Onar et Sevim Yildiz. Il est à noter que deux concours seront lancés. L'un en direction de la presse et le second en direction des participantes.
 
 
femme algerie creation
Copyright © 2010 - 2011 Festival National de la création Féminine Algérie - Tous droits Réservés
Développé par bsa Développement